Découvrez plusieurs estimations gratuites pour votre toit (neuf ou rénovation, avec ou sans pose)

Demande de devis en ligne pour une étanchéité de toiture.

Sommaire de la page

Obtenez rapidement des estimations de prix en ligne

La très sensible étanchéité de toiture terrasse.

Toiture terrasse accessible montrant plusieurs
problèmes et signes d'étanchéité défecteuse.

Le prix au m2 d'une étanchéité de toiture, qu'il s'agisse d'un toit terrasse accessible, d'une couverture en bac acier, en tuiles, en zinc ou en ardoises, avec ou sans main d'oeuvre, dépend de nombreux facteurs. Pour savoir combien ça coûte et mettre plusieurs entreprises et fournisseurs en concurrence, près de chez vous et sans engagement, utilisez ce formulaire. Le service d'estimation et de mise en concurrence est rapide, gratuit et performant.

Vous pouvez utiliser le même service pour une maison individuelle, un immeuble en copropriété, mais aussi pour un abri ou cabanon de jardin, un chalet ou un garage. De même, le service est utilisable pour estimer le tarif moyen au m2 de l'étanchéité des toitures en fibrociment, en shingle (bardeau), en tôle métallique, mais aussi en cuivre, en béton, ou encore en verre ou en OSB, qu'il s'agisse d'une toiture individuelle, industrielle ou de montagne par exemple.

Comparatif des différents types de toiture

A chaque type de couverture, correspondent des avantages et des inconvénients. Mais dans tous les cas, destinée à protéger la maison, celle-ci doit être imperméable et résistante. Aujourd'hui les normes de construction requièrent qu'elle assure non seulement l'étanchéité à l'eau et mais aussi à l'air.

Tous les matériaux de couverture ne répondent pas de façon identique à cette double tâche. Outre leurs performances, le guide et le tableau ci-dessous vous donnera les principales qualités de chacun de ces matériaux.

Les matériaux Nature Avantages Inconvénients Pente minimale de toit admise Comportement vis-à-vis de l'étanchéité Étanchéité à l'air
Tuiles traditionnelles Terre cuite Durabilité, solidité Incombustibilité Imputrescibilité Possibilité de lessivage. Risque de fissures au gel Mauvaise résistance aux chocs Poids élevé Argile non renouvelable Coût élevé (notamment accessoires de finition) Risques de présence de mousses Canal : 15° Plates : 35° Emboitement : 20° Glissement : 25° En fonction des zones Bonne étanchéité de surface Problème en cas de tuiles fissurées ou poreuses ou toiture de pente trop faible Nécessité d'une étanchéité complémentaire en climat de montagne Mauvaise Nécessité d'un EST Ventilation sous-toiture nécessaire
Tuiles industrielles Béton et traitement avec résine en surface Résistance au gel Incombustibilité Prix peu élevé facilité de pose car grande régularité Décoloration au fil du temps Faible longévité Risques de présence de mousses 20° Risque de porosité par détérioration de la résine donc étanchéité à surveiller au bout de quelques années Nécessité d'une étanchéité complémentaire en climat de montagne Mauvaise nécessité d'un EST Ventilation sous-toiture nécessaire
Ardoises naturelles (ou lauzes dans certaines régions) Roche schisteuse en fines plaques Longévité Imperméabilité Résistance aux intempéries Incombustibilité Résistance aux champignons Bonne qualité d'isolation Risques de rouille Friabilité pour certaines Matériau non renouvelable Risques de présence de mousses 12° Bonne étanchéité assurée par le matériau lui-même si pose et recouvrement faits en fonction de carte des régions Nécessité d'une étanchéité complémentaire en climat de montagne Moyenne nécessité d'un EST Ventilation sous-toiture nécessaire
Ardoises industrielles et synthétiques Fibre-ciment Incombustibilité, Inertie chimique Résistance aux intempéries Décoloration au fil du temps Faible longévité Risques de présence de mousses 14° Risque de porosité au fil du temps donc perte d'étanchéité à contrôler au bout de quelques années Pose et recouvrement identique aux ardoises naturelles en fonction de la carte des régions Moyenne nécessité d'un EST Ventilation sous-toiture nécessaire
Zinc Métal sous forme de feuilles Facilité à travailler Résistance Résistance aux mousses Légèreté Bonne longévité Esthétisme Mauvaise résistance à la pollution Difficulté de mise en œuvre (expertise) Risque de se ternir Incompatibilité avec certains métriaux 10 ° à 15° en fonction des zones Excellente étanchéité du matériau si pose correcte et choix de la largeur et de l'épaisseur des feuilles en fonction de la carte des vents et de l'exposition Bonne mais nécessité d'un pare vapeur
Cuivre Métal Esthétisme Résistance Légèreté Difficulté de pose Respect de règles notamment lors de l'association avec certains matériaux (incompatbilité) et éléments de toiture 10° Bonne étanchéité si pose, recouvrement et couvre-joints corrects et si choix de la largeur et épaisseur des feuilles en fonction de la zone de vente ou de climat Étanchéité renforcée par l'oxydation de surface Bonne, nécessité d'un pare vapeur
Bac acier Métal Grande solidité, Légèreté Maniabilité Résistance aux champignons et mousses Mauvaise isolation phonique Risque de condensation Sensibilité à la pollution 5 à 15 % Bon niveau d'étanchéité pour le bac double peau Risque de perçage du bac acier simple Bonne mais nécessité d'un pare vapeur
Panneaux solaires Favorable aux économies d'énergie Aides de l'état Encombrement et manque d'esthétisme pour les panneaux Production d'électricité variable en fonction des saisons Coût élevé Risques d'incendie Idéale 30° Risques d'infiltration au niveau des cadres aluminium (rives) et des joints (encrassement des gorges et ductibilité du métal à la chaleur) Risques d'étanchéité en cas de pose incorrecte Bonne mais nécessité d'un pare vapeur Fonction du système d'intégration
Tuiles photovoltaïques Tuiles en verre moulées avec intégration de cellules photovoltaïques Fiabilité Absence de surépaisseur et forme identique aux tuiles Résistance, solidité Pose conjointe avec des tuiles Économie d'énergie Garantie 25 ans pour les cellules, 20 ans pour le chassis Nécessité d'un film antireflet Coût Idem tuiles auxquelles elles sont associées Bonne étanchéité (similaire aux tuiles) Idem tuiles
Shingle Armature de fibre de verre avec enrobage bitumé et protection de surface. Imperméabilité Résistance au feu et aux intempéries Prix très faible Facilité de pose Faible longévité Esthétisme Fragilité en cas de pose incorrecte Nécessité d'une isolation thermique dans certaines régions Pentes >30 % Très bonne étanchéité si pose correcte Pour pente <30° (58 %)obligation de mettre une sous couche étanche faite de feutre bitumé Bonne
Vitres Verre anti-solaire (UV / IR) Esthétisme Apport de lumière zénithale Isolation phonique accrue avec double / triple vitrage Difficulté de mise en œuvre avec charpente métallique obligatoire, Respect des normes Coût Comme toits plats Risque d'infiltrations au niveau des cadres et des jointures de panneaux Attention aux raccords cadre / autres matériaux
Bardeaux, tavaillons Bois massif Esthétisme Isolation phonique et thermique Légèreté Entretien régulier Détérioration au fil du temps Difficulté de mise en œuvre Peu de fabricants et de poseurs Pente >33% Bonne étanchéité si pose dans les règles de l'art en multi épaisseurs et si traitement régulier des tuiles de bois Nécessité d'un EST
Toiture terrasse plate Béton, bois ou bac acier Facilité d'entretien Espace supplémentaire utilisable Adaptation parfaite aux maisons contemporaines Possibilité d'installer une toiture végétalisée Nécessité d'une bonne isolation Risques de fuites, d'infiltration Obligation de poser un feutre bitumineux ou une membrane polymère Attention aux points singuliers du toit pentes 4 à 5 % Faible longévité de l'étanchéité (10 ans) Très fort risque d'infiltration, problème de rétention/stagnation d'eau Bonne nécessité d'un EST et d'un pare-vapeur selon configuration

Comme le montre le tableau ci-dessus chaque type de couverture est plus ou moins soumis à des risques particuliers. Certains problèmes sont dus à la nature même des matériaux, d'autres à leur pose, d'autres sont fonction des conditions climatiques (exposition, vent, enneigement...). À chaque problème correspond une technique ou des matériaux spécifiques pour le juguler.

Techniques et matériaux d'étanchéité

Pose de rouleaux de bitume au chalumeau.

Pose d'une étanchéité en rouleau
(bitume, asphalte, goudron)
au chalumeau.

Le prix actuel des matériaux d'étanchéité, près de chez vous, peut être consulté sur cette page. Tous les types de toitures ne présentent pas les mêmes exigences. Certains matériaux sont plus étanches que d'autres. De plus, certaines toitures sont plus susceptibles que d'autres de rencontrer des problèmes d'infiltration qu'il est possible de prévenir par l'extérieur ou par l'intérieur.

L'étanchéité par l'extérieur

L'étanchéité par l'extérieur consiste en la pose d'une membrane d'étanchéité bitumineuse / synthétique ou en un traitement de surface de la toiture dont le rôle est de :

  • Renforcer ou améliorer l'étanchéité des matériaux de couverture en leur adjoignant une couche hydrofuge,
  • Combler les trous et éventuelles fissures,
  • Empêcher le délitement des matériaux de couverture (tuiles),
  • Préserver la couverture des mousses, algues ou champignons qui se développent sur de matériaux humides.

Nota : Certaines toitures comme les toits terrasses disposent d'une étanchéité extérieure à base de membranes. Mais les techniques sont spécifiquement adaptées à leur conception et font l'objet d'un traitement en partie 3.

Ici nous allons aborder essentiellement l'étanchéité de surface des matériaux comme par exemple les tuiles naturelles ou industrielles. Cette étanchéité se fait essentiellement par application à la brosse ou au rouleau de produits hydrofuges ou de résines plus ou moins fluides et éventuellement décoratifs (colorés) sur les matériaux de couverture.

Attention, l'ardoise naturelle ou les tuiles en terre cuite ont besoin de respirer, il convient donc de prendre quelques précautions quant aux produits utilisés et dans tous les cas rien ne sert de traiter ces matériaux s'ils ne sont ni poreux ni fissurés.

Les produits hydrofuges

Les produits hydrofuges colorés ou non (ex. TECHNICHEM ®) doivent être appliqués sur des matériaux poreux et absorbants (à ne pas appliquer sur ardoises ou métal) de façon à les imprégner en profondeur. Leur avantage est de prévenir le décollement ou l'écaillage du produit. Ils se présentent sous forme aqueuse ou mélangé à un solvant et laissent le matériau de couverture respirer.

Les résines

L'application de résine peut se faire sur tout type de matériaux hors les ardoises ou tuiles en terre cuite qui ont besoin de respirer. Le produit forme une couche protectrice en surface de la couverture permettant le glissement de l'eau sur la toiture. Il convient généralement d'appliquer plusieurs couches de résine.

L'ensemble de ces produits prolonge d'une dizaine d'année la durée de vie de votre toiture.

Le bitume, asphalte et goudron

Le prix d'une étanchéité de type bitume ou liquide peut être facilement estimé en ligne en utilisant ce lien. Le bitume est depuis fort longtemps un produit couramment utilisé dans le bâtiment pour ses propriétés imperméables et isolantes.

Avantages et inconvénients du bitume

Le bitume présente de nombreuses qualités dont son faible besoin d'entretien, sa facilité d'utilisation notamment pour des toitures à faible pente ou même des toits plats et sa résistance au feu (bardeaux). À contrario, il ne présente que peu d'inconvénients : une faible longévité (15-20 ans) et des risques de détérioration par le gel ou la trop forte chaleur.

Mise en oeuvre du bitume

Asphalte, bitume et goudron sur une couverture plate inaccessible.

Le bitume en rouleau présente de nombreux
avantages, mais n'est pas éternel.
On observe ici un décollement partiel sur
une toiture plate inaccessible.

Il intervient dans la réalisation mais aussi la réfection et la rénovation des toitures sous différentes formes et peut servir à réaliser une couverture, colmater ou réparer un toit, consolider une toiture plate ou tout simplement renforcer l'étanchéité de toute couverture :

  • les bardeaux bitumineux (shingle), matériaux originaires des USA constitués d'une armature en voile de verre imprégnée de bitume et recouverte de granulés de couleur. Ils pourront être utilisés en couverture avec un coût de revient particulièrement intéressant, une extrême facilité de pose soit à la française (crochets) soit à l'américaine (clouage/agrafage) sur le support continu) et un aspect assez proche de l'ardoise ;
  • les rouleaux de bitume sont utilisés pour assurer l'étanchéité des toits en pente en sous couche ou pour les toitures plates. Ils sont composés d'une armature non tissée de polyester recouverte sur une face de bitume élastomère (bicouche élastomère) ;
  • le feutre bitumineux est utilisé en écran de sous toiture ou sous-couche notamment pour les bardeaux bitumineux ;
  • la peinture au goudron est utilisée essentiellement en réparation, pour renforcer l'étanchéité notamment dans les points singulier ou pour protéger les parties enterrées des bâtiments ;
  • l'asphalte coulée est généralement utilisée pour recouvrir les toits terrasses techniques de pente inférieure à 3%, ces toitures ont alors une durée de vie de 30 ans environ ; elle est constituée d'un mélange de bitumes (liants), de poudre d'asphalte, de sables et gravillons, graviers et d'additifs chauffé à 200°C ; elle ne nécessite aucune protection supplémentaire
  • d'autres matériaux et produits d'étanchéité sont présents sur le marché : silicone, mastic, solutions écologiques voire naturelles et bio, ou encore résine, chaux, membrane PVC, etc.

Pour obtenir rapidement plusieurs devis en ligne près de chez vous, cliquez sur le bouton vert situé en haut de page.

L'étanchéité par l'intérieur

L'écran de sous-toiture

L'étanchéité intérieure se place avant la pose de la couverture dans le cas de bâtiments neufs ou après dépose de celle-ci en cas de rénovation de toiture ancienne. Elle est généralement constituée par un écran de sous toiture (EST) intercalé entre la couverture et la charpente dont il préservera l'état. Il peut être placé au contact de la surface externe de l'isolant. L'EST est constitué d'une membrane bitumineuse ou synthétique souple, le plus souvent multicouches fixée sur support discontinu (fermettes / chevrons) ou continu (panneaux de bois, voliges). Il peut être installé avec dans le cadre de l'aménagement des combles perdus ou aménagés. Son rôle est multiple :

  • Protéger le bâtiment contre la pénétration de la poussière, de la neige, de l'eau de pluie ou des pollens ou même des animaux,
  • Guider les eaux de pluie et éventuelles infiltrations vers l'égout,
  • Éviter le soulèvement de la couverture avec le vent,
  • Protéger l'isolant thermique de l'humidité pour une meilleure efficacité de celui-ci,
  • Autoriser un abaissement des pentes minimales de toiture,
  • Assurer une mise hors d'eau provisoire (<8 jours) du bâtiment.

Règlementation de pose des écrans de sous toiture

Pour certains matériaux de couverture sa pose est soumise à une règlementation précise :

  • circulation libre de l'air entre les ardoises et l'écran de sous-toiture (EST),
  • pose d'un EST obligatoire pour les toitures en tuiles béton à glissement ou à emboitement longitudinal de pente entre 29 et 35 % en site exposé,
  • interdiction d'interposer un film synthétique ou un feutre entre le zinc et son support bois.

Les écrans de sous-toiture doivent répondre à certaines normes et :

  • être durablement étanche (norme EN 13859-1+2 → classement W1),
  • permettre l'évacuation de la vapeur d'eau contenue dans l'isolant thermique. Valeur Sd<0,10→ Sd1. À noter que les EST Sd2 et Sd3 ne peuvent pas être posés au contact de l'isolant (humidité),
  • être résistant à la rupture et à la déchirure par les clous.

Le choix de l'écran de sous toiture

Les écrans de sous-toiture sont choisis en fonction de la toiture (pente, ...), de la couverture et de la performance recherchée. Certains, composé d'un EST associé à une structure alvéolaire, sont spécifiquement adaptés aux couvertures métalliques et créent une lame d'air sous le revêtement métallique pour éviter sa corrosion. Ils permettent de réduire les bruits d'impact sur la toiture (isolation acoustique et phonique du bruit de la pluie, grêle, etc.).

D'autres écrans, constitués d'un géotextile isolant de quelques centimètres d'épaisseur, peuvent servir à renforcer l'isolation thermique et acoustique sans surélévation de la toiture ; ils sont très utilisés en rénovation. D'autres encore sont destinés à une installation sous panneaux photovoltaïques solaires.

NB : il ne faut pas confondre l'écran de sous toiture avec :

  • le pare-pluie, membrane étanche à l'eau et perméable à la vapeur qui est désormais obligatoire pour les toits actuels,
  • le pare-vapeur, membrane peu perméable à la vapeur utilisée pour éviter les remontées de vapeur des locaux situés en dessous et placée en face intérieure de l'isolant.

Les matériaux complémentaires

L'étanchéité doit également être renforcée au niveau du faitage, des arêtiers, des abergements et des points singuliers de la toiture. Ces différents points sont généralement les plus critiques, là où se produisent le plus fréquemment les infiltrations d'eau et d'humidité. Certains d'entre eux sont directement conditionnés à la pose de l'EST comme les fenêtres de toit ou les cheminées. Pour d'autres, certains matériaux sont disponibles, comme des closoirs souples de ventilation pour le faîtage, des bandes souples pour les abergements...

Les techniques de pose de l'étanchéité

Hormis les résines, l'asphalte coulé ou le bitume et le goudron liquide, les membranes et feutres, qu'ils soient monocouches peuvent se poser selon diverses techniques de pose.

Pose d'une étanchéité bitumineuse monocouche

  • La pose en indépendance consiste à placer une couche non obligatoire de désolidarisation (voile de verre ou polyester), la membrane dont les recouvrements sont soudés et une couche de protection lourde.
  • La pose en adhérence totale consiste à passer un vernis favorisant l'adhérence (VA) sur le support puis :
    • La membrane qui va être soudée à chaud (chalumeau) en prenant garde à souder également les recouvrements entre les lés de la membrane pour la pose à chaud ;
    • Une couche de colle à froid à base de bitume puis la membrane dont les recouvrements seront soudés dans le cas d'une pose à froid.
  • La pose en semi indépendance se fait :
    • Par la mise en œuvre successive du VA, d'une membrane libre et perforée, d'une éventuelle couche de bitume chaud en fonction de la membrane perforée puis de la membrane soudée à chaud avec recouvrements soudés ; Il est possible d'appliquer directement sur le vernis une membrane qui sera fixée par soudage à chaud aux points ou bandes d'adhérence.
    • Par la pose du VA puis d'une couche de colle à froid par points ou par bandes puis la membrane d'adhérence dans le cas de la pose à froid
  • La pose par fixation mécanique consiste à poser éventuellement une couche de désolidarisation puis à fixer mécaniquement (clouage / vissage) la membrane d'étanchéité sur le support. Cette fixation mécanique se fait au niveau des recouvrements qui sont soudés.

Pose d'une étanchéité bitumineuse bicouche ou multicouche

Infiltration sur couverture plate avec gravier et gravillons.

La protection de la couche d'étanchéité
par les graviers et les gravillons ne
met pas à l'abri des infiltrations.

Dans le cas des revêtements multicouches, les couches sont toujours posées en adhérence totale entre elles donc par soudage ou collage au bitume à chaud ou à froid.

  • Indépendance : sous couche libre puis couche supérieure collée à froid ou à chaud ;
  • Adhérence totale : VA puis sous couche fixée au support
    • par coulage de bitume chaud et couche supérieure soudée à chaud,
    • par soudage et couche supérieure soudée à chaud
    • ou par collage à froid et couche supérieure soudée à chaud ou collée à froid ;
  • Semi indépendance : application d'un VA, puis :
    • sous couche perforée et couche intermédiaire collées au bitume chaud puis couche supérieure soudée à chaud,
    • sous couche soudée à chaud par points ou bandes et couche supérieure soudée à chaud,
    • sous couche collée par points ou bandes à froid et couche supérieure soudée à chaud ou collée à froid ;
  • Par fixation mécanique : sous couche vissée ou clouée et couche supérieure soudée à chaud ou collée à froid.

Le collage au bitume chaud ne peut être mis en œuvre sur les toitures métalliques, le bitume se refroidissant trop vite au contact du métal, ni sur les supports bois sauf en interposant une membrane de polyester. Les colles à froid quant à elles restent plastiques très longtemps et peuvent engendrer des déplacements des membranes selon les conditions.

En vidéo : pose d'une membrane bicouche

Ci-dessous, vous pouvez visionner une vidéo d'une durée de six minutes et cinquante six secondes, montrant la pose d'une membrane d'étanchéité universelle bicouche Parastar ® de chez Siplast ®, bien adaptée aux toitures terrasses. On peut y voir une animation 3D montrant le principe du produit sur ossature bois ou panneaux dérivés.

Toutes les étapes sont décrites : application du primaire Siplast Primer ® au rouleau, séchage, puis pose du pare-vapeur Adebase ® avec soudure au chalumeau des recouvrements latéraux. On assiste ensuite à la pose de l'isolant puis à celle de la première couche d'étanchéité en rouleaux. Vient ensuite la pose des équerres de renfort Parequerre ® et celle de la deuxième couche Parastar ®, suivie par les équerres de finition puis les solins de finition et de leur joint mastic.

La protection de la membrane d'étanchéité

Sur les membranes d'étanchéité il est nécessaire de prévoir une protection contre les rayons UV, protection qui diminue la température de surface et améliore leur aspect esthétique. Il existe divers types de protection :

  • Légère (peinture ou feuilles de métal),
  • Lourde (gravier, dalles, couche de béton/asphalte)
  • Végétale dans le cas des toitures végétalisées.

Certaines membranes d'étanchéité sont auto-protégées grâce à des paillettes d'ardoises. Pour les relevés en périphérie et points singuliers de la toiture, des feuilles de métal renforcent la protection de la membrane. Ce type de membrane d'étanchéité autoprotégée est le produit parfait pour les toitures incurvées ou pentues même s'il est utilisable en pente nulle ou en faible pente. Il sera, toutefois, réservé aux toitures plates inaccessibles malgré une bonne résistance au poinçonnement. Pour obtenir des devis en ligne et mettre des entreprises proches de chez vous en concurrence, cliquez sur le bouton vert situé en haut de page.

L'étanchéité du toit terrasse plat

Le prix au m2 d'une étanchéité de toiture terrasse accessible ou inaccessible peut être estimé rapidement en vous rendant sur cette page. Le toit plat est certainement celui dont l'étanchéité est la plus critique et la plus difficile à réaliser car l'eau de pluie et la neige s'évacue plus difficilement que sur un toit en pente. Il existe également des solutions d'étanchéité spécifiques à la toiture terrasse inversée ou inclinée.

Les paramètres conditionnant l'étanchéité

La première des conditions pour une étanchéité correcte est la prévention de la stagnation des eaux de pluie avec une pente minimale ou un bombé de façon à les diriger vers les évacuations.

Le second paramètre conditionnant cette étanchéité sera la nature du support, acier, béton, bois.

Un autre paramètre conditionnant le type d'étanchéité est le degré d'accessibilité du toit plat. Pour un toit terrasse non accessible, c'est-à-dire accessible seulement pour l'entretien, il sera possible de poser des membranes avec une autoprotection ou une protection légère. Les toitures plates inaccessibles peuvent également être végétalisées de façon extensive. En cas de végétalisation la membrane d'étanchéité sera protégée par un film anti-racines, le substrat et la végétation rampante.

L'étanchéité des toits terrasses circulables est quant à elle assurée selon la densité de circulation admise par des solutions bitumineuses recouvertes d'une protection lourde ou par de l'asphalte coulée, procédé utilisé dans les parkings.

Les membranes d'étanchéité des toitures plates

Pour les autres toitures plates, l'étanchéité est assurée par des membranes bitumineuses (goudron, asphalte) ou synthétiques.

Les membranes bitumineuses Description Couche supérieure Pose Traitement en jonction de lés
Plastomères Monocouches ou multicouches Armature imprégnée de bitume Armature en voile de polyester et bitume modifié avec plastomère APP (30 %) pour résister au vieillissement et aux sollicitations thermiques et mécaniques Indépendance, adhérence totale, Semi indépendance, Par fixation mécanique Sous-couche éventuelle constituée par bitume soufflé sur armature polyester, voile de verre, feuille de métal Lés soudés en jonction avec recouvrement
Elastomères Armature en voile de polyester et bitume modifié avec élastomère SBS (12 %) pour résister au vieillissement et aux sollicitations thermiques et mécaniques
Les membranes synthétiques Nature Description Pose sur support Traitement en jonction des lés Caractéristiques
Elastomères Polymère d'éthylène, propylène et diène-monomère (EPDM) Rouleau de plusieurs largeurs de membrane noir ou grise En adhérence complète, en semi adhérence par colle à chaud composée de bitume et d'EPDM, colle de contact ou avec du bitume si absence de couche d'adhérence Ou libre lestée Avec bandes adhésives (gum tape) et colle sur chantier Soudure à chaud et bande adhésive en atelier Mauvaise tenue au feu, risque incendie Mauvaise résistance aux solvants organiques Bonne résistance au bitume et aux conditions climatiques mais déformation à la chaleur Résistance correcte au poinçonnement
Polychloroprène vulcanisé CR Membrane en caoutchouc avec couche d'adhérence en voile de verre Adhérence complète par collage au bitume ou à la colle de contact Bande de soudure à chaud ou colle à froid Tenue satisfaisante au feu / incendie Résistance correcte aux solvants organiques et au bitume Mauvaise résistance au poinçonnement
Polyéthylène chlorosulfoné partiellement vulcanisé CSM Polyéthylène chlorosulfoné sur armature polyester avec possibilité de vulcanisation aux rayons UV Adhérence complète avec bitume, colle de contact ou colle de dispersion Libre lestée ou mécaniquement Bande de soudure à chaud ou colle à froid Auto-extinguible Résistance correcte au bitume Mauvaise résistance aux solvants organiques et au poinçonnement
Butyle BR Copolymère d'isoprène et d'isobutylène vulcanisé Adhérence complète, partielle par colle à chaud (bitume + butyle) ou colle de contact Ou libre lestée Avec bandes adhésives (gum tape) et colle sur chantier Soudure à chaud et bande adhésive en atelier Tenue correcte au feu Mauvaise résistance aux solvants organiques Bonne résistance au bitume et aux conditions climatiques mais déformation à la chaleur Résistance correcte au poinçonnement
Plastomères Poly-isobutylène PIB Membranes doublées sur le dessous d'une armature en feutre de polyester Adhérence totale ou partielle par collage avec bitume ou colle à froid Bandes d'étanchéité auto-adhésive Soudure par gonflement pour les joints transversaux Mauvaise tenue au feu Mauvaise résistance aux solvants organiques Bonne résistance au bitume et aux conditions climatiques Bonne résistance au poinçonnement
Ethylène et acétate de vinyle EVA Membrane blanche d'épaisseur 1,2 + feutre Adhérence totale par collage (bitume ou colle à froid) Ou libre lestée Soudure à air chaud ou soudure par gonflement Mauvaise tenue au feu Bonne résistance au bitume et aux conditions climatiques Mauvaise résistance aux solvants organiques
Copolymère d'éthylène et bitume ECB Absence d'armature, membrane avec voile de verre ou polyester en couche dorsale pour adhérence de la colle. Disparition de la viscosité de surface du début après exposition. Adhérence totale ou partielle par collage au bitume. Libre lestée Fixation mécanique Soudure air chaud Mauvaise tenue au feu Résistance mauvaise aux solvants organiques et bonne résistance au bitume ainsi qu'aux conditions climatiques et au poinçonnement
Polyéthylène chloré CPE Membrane simple ou double avec armature polyester tissé ou double avec feutre polyester extérieur. Semblable au PVC sans perte de plastifiant mais moins souple Adhérence totale ou partielle par collage au bitume. Si feutre de polyester collage possible à la colle. Libre lestée Fixation mécanique Soudure par gonflement Si armature tissée joint mastiqué avec pâte contenant du CPE Tenue satisfaisante au feu Bonne résistance aux solvants organiques, au bitume, aux conditions climatiques et au poinçonnement
PVC De type 1 si plastifiant monomère ou type 2 si plastifiant polymère. Armature en fibre de verre ou de polyester. 2 couches avec armature calendrée Semi indépendance avec colle à froid ou bitume chaud . Si membrane ne résiste pas au bitume insertion d'une couche inetrmédiaire Libre lestée Fixation mécanique Soudure air chaud ou soudure par gonflement Joints mastiqués avec pâte PVC Tenue satisfaisante au feu Bonne résistance aux solvants organiques, au bitume pour les membranes de type 2 Bonne résistance, aux conditions climatiques si stabilisation aux UV Bonne résistance au poinçonnement

La maison ossature bois

De plus en plus courantes grâce aux initiatives de développement durable, les maisons à ossature bois présentent de nombreux avantages, notamment en termes d'impact écologique, mais aussi leurs propres défis.

Malgré leur matériau noble et traditionnel, elles cherchent d'une part à s'adapter à l'environnement mais aussi à se moderniser en adoptant les attributs des maisons contemporaines comme le toit plat. Ce dernier reste en majorité réservé aux toits terrasses non accessibles en raison des charges importantes que l'accessibilité fait porter sur la structure de la maison.

Malgré la réticence de nombreux professionnels (architectes comme constructeurs), il est néanmoins possible de réaliser des terrasses accessibles sur maison à ossature bois en prenant des précautions particulières et en respectant les prescriptions des DTU 51-3 (planchers bois) et 43-4 (toitures à éléments porteurs bois et panneaux de bois- toiture chaude) et les règles de l'art émises par le Grenelle de l'environnement ainsi que les directives territoriales d'aménagement et autres normes en vigueur.

Accessible ou non, l'étanchéité du toit terrasse de la maison ossature bois présente un réel challenge. En effet, il est compliqué (mais pas impossible) sur une telle ossature d'utiliser des matériaux soudés à la flamme (chalumeau). C'est pourquoi, il sera dans la plupart des cas impératif d'utiliser des solutions collées, comme les membranes synthétiques de type EPDM ou PVC. Il faudra bien évidemment prendre les précautions nécessaires sur les points singuliers, relevés d'étanchéité, acrotères... Les bandes adhésives, joints et colles devront respecter les normes en vigueur de même que le choix des matériaux comme les pare-pluie, pare-vapeur ou joints de dilatation. La pose de membranes bitumineuses soudables au chalumeau reste cependant possible.

Il est à noter que la toiture terrasse de la maison à ossature bois peut être végétalisé pour renforcer l'isolation du bâtiment et assurer son intégration dans l'environnement.

Bandes et joints d'étanchéité

Le faîtage et tuiles faîtières, souvent concernées par des infiltrations.

Le faîtage et les tuiles faîtières
présentent souvent des problèmes d'étanchéité
et d'infiltration.

Le prix de pose d'une étanchéité au m2, mais aussi le coût moyen des matériaux (joint, bande, scotch d'étanchéité) peut être estimé en quelques clics sur cette page ; vous pourrez y comparer plusieurs fabricants et fournisseurs, avec ou sans pose et main d'oeuvre. L'étanchéité de la couverture est assurée par le matériau lui-même mais également par les éléments permettant d'effectuer les joints entre ces matériaux, et les raccords avec les points singuliers (cheminées, fenêtres de toit, extraction, acrotères...). En fonction du point à traiter et des conditions, ces raccords sont réalisés avec des profilés spécifiques, des bandes, des joints, des mastics ou des cordons d'étanchéité.

Les bandes

Elles consistent généralement en une bande d'aluminium renforcée sur une face par une couche polyester et enduite sur l'autre face par un revêtement de bitume (asphalte, goudron) ou de butyle. Elles sont auto-adhésives (de stype scotch) et peuvent être façonnables auquel cas elles sont composées d'un double parement aluminium et d'une âme composite et se colle à l'aide de butyle. Leur rôle est multiple :

  • Finition après pose des membranes,
  • Étanchéité des faitages,
  • Renforcement des solins de mortier qui assurent la jonction entre deux parties du toit ou entre points singuliers de celle-ci comme les cheminées, descentes d'eau, fenêtre de toit, panneaux photovoltaïques ...
  • La réparation et rénovation de toitures (tuiles, zinc...).

À noter qu'en faitage et au niveau des arêtiers, on utilise généralement des bandes d'étanchéité particulières, les closoirs, assurant à la fois l'étanchéité et la ventilation. Le closoir est composé d'une partie centrale perforée conformément aux DTU et de bavettes plissées pourvues de bandes adhésives qui peuvent être en butyle. Pour les solins on utilise plus spécifiquement les bandes de solin en aluminium ou en zinc, à biseaux...

Les bandes et rubans d'étanchéité se présentent en plusieurs largeurs et différentes couleurs pour s'adapter au matériau de couverture. Elles ont une durée de vie garantie de 10 ans normalement.

Les joints

L'étanchéité de la couverture est également assurée par des mastics ou mastics colles. Ce mastic peut être à base de bitume ou de polyuréthane ou de butyle. Certains sont des mousses. Ils servent à :

  • Calfeutrer et réaliser les joints de raccordement extérieurs des points particuliers de la couverture,
  • Colmater les fissures et trous dans les bardeaux bitumineux,
  • Réparer et rénover les toitures et les gouttières.

Étanchéité de la zinguerie, du conduit de cheminée et de la fenêtre de toit

Plaque d'étanchéité de cheminée.

L'étanchéité des cheminées doit bénéficier
d'une attention particulière.

La zinguerie

La zinguerie est le façonnage du zinc et du cuivre qui demande une grande précision de la part du zingueur pour effectuer les mesures, la découpe et la soudure des éléments. Le travail du zingueur vient en complément de celui d'autres professionnels comme le maçon, le charpentier ou le couvreur. Sur les toitures, les travaux de zinguerie remplissent deux rôles :

  • assurer l'évacuation des eaux pluviales avec des descentes et des gouttières fixées selon les règles de l'art,
  • assurer l'étanchéité des zones de contact entre les différents matériaux de la couverture et ceux des cheminées, des fenêtres de toits ou points singuliers.

Les éléments de zinguerie sont en zinc bien-sûr, acier galvanisé, aluminium ou cuivre, parfois en PVC. Ils sont façonnés avec une plieuse puis soudés pour assurer la jonction entre la couverture et les éléments émergents comme les abergements (raccords avec fenêtres de toit ou cheminées), les bandes et couloirs de rives (rupture de pente), les noues et rives, les gouttières et chéneaux, les descentes d'eaux pluviales et leurs coudes ou dauphins.

Les cheminées

Le prix d'une étanchéité de conduit de cheminée peut facilement être estimé en mettant plusieurs entreprises en concurrence ; pour cela, utilisez cette page qui vous permettra d'obtenir rapidement et sans engagement des devis en ligne. Les cheminées et leurs conduits sont constituées de boisseaux en terre cuite ou en béton recouvert d'un enduit ou d'un habillage de cheminée (zinc, ardoise, etc.), qui émergent du toit. Ce sont des points sensibles de la toiture car elles présentent de multiples risques :

  • fuite par infiltrations sous l'enduit suite au faïençage et à la fissuration de celui-ci causés par les écarts de température entre l'extérieur du boisseau et son intérieur lors du passage des fumées,
  • fuite par infiltrations sous l'enduit suite au faïençage et à la fissuration de celui-ci causés par son inadaptation au support,
  • infiltrations d'eau au niveau du pied de la souche causées par des abergements ou bavettes métalliques trop courts ne recouvrant pas correctement les éléments de couverture, de couloirs pas assez larges, des noquets (pièces coudées métalliques garnissant, les noues, les arêtiers,...) de trop faible hauteur, par l'absence ou la mauvaise fixation de la bande de solin, ou de la plaque d'étanchéité de cheminée,
  • entrainement des eaux de pluie à l'intérieur du conduit en raison d'un mauvais couronnement ou d'une pente inversée de la cheminée.

En général, les problèmes d'étanchéité des cheminées proviennent très souvent d'une mauvaise réalisation initiale. Celle-ci doit être réalisée dans le respect des règles de l'art et des prescriptions données par la norme étanchéité des cheminées NF DTU 24.1 avec notamment des mortiers répondant à la norme NF DTU 26.1.

Pour assurer cette étanchéité de la souche, il convient de prêter attention :

  • aux pénétrations discontinues de façon à récupérer et évacuer l'eau de pluie grâce à des accessoires en métal
    • protection par une sorte de chéneau en amont,
    • uniformité des pentes des couloirs,
    • protection de la face avant et des couloirs en procédant comme pour une rive de tête avec une bavette métallique (plaque d'étanchéité) recouvrant le premier rang d'ardoises ou de tuiles et un noquet de hauteur suffisante,
    • une fixation correcte de la bande de solin qui fait office de couvre-joint des relevés et dont la tête doit recevoir un enduit de finition ;
  • à l'enduit extérieur de protection qui doit être étanche. À noter que :
    • un enduit de ciment doit être armé d'un treillis métallique ou en fibre de verre pour une meilleure tenue sur un isolant thermique,
    • un enduit au mortier doit être appliqué en plusieurs couches suffisamment épaisses pour assurer l'étanchéité ;
  • à l'orientation de la pente du couronnement qui doit être pourvu d'un larmier.

Les fenêtres de toit

Kit d'étanchéité pour fenêtre de toit type Velux.

Certains fabricants proposent des kits
d'étanchéité pour fenêtres de toit.
Ici, fenêtre de toit neuve sur couverture ancienne
ardoises naturelles et shingle.

Suite au Grenelle de l'environnement et aux préconisations en termes d'économie énergétique, la lumière naturelle est favorisée dans les bâtiments, notamment la lumière azimutale provenant des fenêtres de toits et les lanterneaux de toiture plate. Toutefois, ces éléments de la toiture sont au même titre que les cheminées de toit des points cruciaux de la toiture alors même qu'ils doivent en parallèle être esthétiques et s'intégrer parfaitement à la couverture, sans la dénaturer. Depuis le 1er janvier 2013, l'installation de ceux-ci doit être conforme en tout point à la norme RT 2012.

En réponse à la RT 2012, les fabricants de fenêtres ont élaboré des solutions simples pour assurer les liaisons autour des fenêtres de toits et les raccordements d'étanchéité des lanterneaux avec par exemple pour les toits plats des solutions liquides (étanchéité de toiture liquide Kemper System ® par exemple). En conséquence, le plus simple est de suivre rigoureusement les notices de montage des fabricants et les préconisations des DTU (NF DTU 43.). Ils proposent notamment des systèmes de cadres au niveau des liaisons périphériques pour assurer la parfaite étanchéité des bâtis de fenêtres et réduire les ponts thermiques.

Ces systèmes, de largeur adéquate pour recouvrir l'écran de sous toiture, se composent d'un cadre métallique maintenant en place un isolant, une mousse isolante épousant la forme du dormant et des pattes de fixation. Le raccord entre l'écran de sous-toiture et la fenêtre est assuré par les collerettes d'EST. Le système complet comprend en outre un cadre pour entourer le dormant et une gouttière déviant l'eau de pluie. Ces dispositifs disponibles en kits, présentent toutefois l'inconvénient de requérir des chevêtres plus larges. Pour obtenir et comparer les prix d'un kit d'étanchéité pour fenêtre de toit, dans votre région et sans engagement, utilisez ce formulaire (estimation de tarif avec ou sans pose).

En périphérie des lanterneaux, l'étanchéité peut être assurée par des bandes ou des membranes bitumineuses ou synthétiques permettant de faire les relevés nécessaires. Cette solution devra être mise en œuvre dans les règles de l'art en vérifiant notamment l'adhérence au support et la compatibilité entre les matériaux. Dans tous les cas, cette installation demande l'intervention de professionnels dûment qualifiés.

Les pignons

La continuité entre la couverture et le pignon du bâtiment (étanchéité de la jonction entre la toiture et le mur) est un autre des points sensibles. Il s'agit essentiellement de protéger l'étanchéité du pignon de l'eau de pluie. Elle peut être assurée de trois façons :

  • des tuiles de rives, solution la plus fréquemment utilisée, posées sur les liteaux en débord de 2 cm ou en effleurement de la face extérieure de la planche de rive (bois, alu, zinc notamment) ;
  • des tuiles simples et à double bourrelet scellées avec un mortier hydrofuge reposant éventuellement sur une saillie maçonnée avec un débord minimum de 20 mm pour éviter l'écoulement des eaux pluviales sur le parement ; pose éventuelle d'un chéneau au dessus de la sous-toiture pour évacuer les eaux vers la gouttière (risque d'obturation)
  • des planches de rives recouvertes de bavettes métalliques qui recouvrent également tout ou partie de la rangée de tuiles contigües ; la dernière rangée de tuile doit être ajustée à la planche de rive.

Pour parfaire l'étanchéité des pignons plein ouest de la région angevine, ils sont souvent recouverts d'ardoises en partie haute. Ce procédé est l'essentage.

Les boisseaux et chéneaux

Le matériau d'étanchéité du chéneau ou des divers boisseaux est en général identique à celui utilisé pour l'ensemble de la toiture. Par contre il convient d'effectuer un raccord correct entre les différentes couches à la jonction entre le chéneau et la toiture pour ne pas provoquer de surépaisseur susceptible d'empêcher l'écoulement des eaux. Les bandes d'étanchéité du chéneau doivent être de quelques mètres de longueur seulement pour favoriser un échauffement uniforme des bandes. Les joints seront réalisés en décalage par rapport à ceux de la toiture (épaisseur).

Les panneaux solaires et photovoltaïques

Panneaux solaires et photovoltaïques : attention à l'étanchéité.

Lors de la pose de panneaux solaires ou
photovoltaïques, ne négligez pas l'étanchéité
de votre couverture !

Suite à la volonté de trouver des solutions énergétiques alternatives, les toits de France se sont recouverts de panneaux solaires ou photovoltaïques dont un des principaux risques est le défaut d'étanchéité de la couverture. La couverture photovoltaïque est constituée de modules solaires avec ou sans cadre et d'un système d'intégration à la couverture. Il existe 3 systèmes d'intégration :

  • ceux avec sous-couche pour assurer l'étanchéité ;
  • ceux avec modules disposés comme des tuiles et assurant eux-mêmes l'étanchéité pour lesquels la mise en œuvre doit être effectuée de la façon la plus rigoureuse qui soit en prêtant attention à la planéité de l'ouvrage, aux raccords entre modules et aux passages de câble ;
  • ceux posés sur rails drainants l'eau résiduelle qui doivent être parfaitement parallèles.

Quel que soit le système utilisé, les rives d'installation doivent être exécutées avec soin pour résister aux effets du vent avec des raccords dont les matériaux sont compatibles avec les différents éléments de la toiture. Ils doivent également disposer d'un système de pare vapeur pour éviter la condensation sous les panneaux photovoltaïques ou solaires.

L'étanchéité à l'air d'une toiture

Pour estimer rapidement le prix d'une étanchéité à l'air, cliquez ici. Utilisez le même lien pour obtenir le tarif d'un test de perméabilité et d'étanchéité à l'air RT 2012. Alors que les constructions représentent actuellement le premier poste de consommation d'énergie, les acteurs de ce secteur sont incités par les nouvelles règlementations thermiques issues du Grenelle de l'environnement à réduire cet impact sur l'environnement en mettant en place de nouvelles stratégies et en utilisant des matériaux conformes aux nouvelles normes. Ainsi la RT 2012 impose :

  • pour tous les bâtiments construits depuis le 1er janvier 2013
    • une étude thermique avant le dépôt du permis de construire,
    • un test d'étanchéité à l'air fait en fin de chantier par un organisme agréé,
    • le respect de la conformité des matériaux utilisés ;
  • pour les bâtiments existants, une amélioration de l'efficacité énergétique soutenue par des avantages fiscaux ou des aides (réductions d'impôts, aides financières régionales, départementales, communales, etc.).

Rôle

L'objectif principal de cette étanchéité à l'air est de réduire la facture énergétique en limitant au maximum les échanges d'air inutiles entre l'extérieur et l'intérieur de l'enveloppe chauffée. Son action visera donc à maintenir en bon état les matériaux isolants et à supprimer autant que faire se peut les déperditions d'énergie. Elle s'avère donc essentielle au niveau de la toiture car 30 % des déperditions se font à ce niveau là. Elle doit en parallèle assurer l'évacuation de la vapeur d'eau contenue dans l'air ambiant intérieur.

Cette double action vis-à-vis des déperditions et de l'évacuation de la vapeur d'eau contribuera à :

  • réduire le coût énergétique,
  • assurer un meilleur confort thermique et acoustique,
  • améliorer la qualité de l'air ambiant,
  • prolonger la durée de vie du bâtiment et de ses matériaux.

Une défaillance en termes d'étanchéité à l'air et de perméabilité à l'air peut favoriser la création d'un point de rosée au niveau des matériaux d'isolation qui va provoquer leur dégradation (moisissure, champignons, humidité) et la diminution de leur efficacité ainsi qu'une détérioration anticipée du bâtiment.

Les principes

La mise en place de l'étanchéité à l'air est fondée sur 5 principes essentiels :

  • la limitation des flux traversant l'enveloppe grâce à la mise en place de gaines de service dans les pièces chauffées,
  • l'utilisation de produits conformes aux prescriptions des DTU et compatibles entre eux,
  • la coordination des différents intervenants sur le chantier,
  • la réalisation de tests intermédiaires aux différentes étapes clés,
  • la mise en œuvre par des professionnels qualifiés formés à la continuité de l'étanchéité, à l'étanchéité des jonctions entre les lés des membranes et au traitement des points singuliers et des interfaces entre les surfaces.

Les recommandations pour l'étanchéité à l'air de la toiture

Le cahier de prescriptions techniques étanchéité à l'air 3560 du Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) est la nouvelle règlementation applicable en matière d'isolation et d'étanchéité des combles aménagés ou perdus. Il impose notamment dans le cas d'une isolation avec laine minérale :

  • la pose d'un EST hautement perméable à la vapeur d'eau pour les toitures neuves et pour les rénovations totales de couverture ; cette membrane devra avoir une résistance à la diffusion de la vapeur d'eau Sd inférieure ou égale à 10 m ;
  • une membrane d'étanchéité à l'air continue et indépendante des parois des combles pour garantir leur étanchéité de valeur Sd supérieure ou égale à 18m.
  • pour comparer et obtenir rapidement le prix d'une membrane d'étanchéité à l'air près de chez vous, avec ou sans pose, utilisez ce formulaire.

Par ailleurs il faut savoir que la qualité de la ventilation est directement liée à celle de l'étanchéité à l'air car les courants d'air importuns gênent le fonctionnement de la ventilation augmentant ainsi les besoins de chauffage et créant de l'inconfort au sein du bâtiment (air froid, courants d'air ...).

Les points sensibles au niveau du toit sont :

  • les points singuliers comme les cheminées, fenêtres de toit, conduits de ventilation...,
  • les liaisons entre la toiture et les murs,
  • les trappes d'accès aux combles.

Les professionnels proposent désormais d'excellents écrans de sous-toiture et des pare-vapeur à poser sur l'isolant du côté chauffé. Tous les produits utilisés doivent être conformes aux prescriptions y compris les bandes adhésives qui assurent le jointoiement entre lés, les bandes flexibles assurant le traitement des points singuliers et les colles ou mastics.

Entretien, rénovation et réparation d'une étanchéité

Obtenez une estimation de tarif pour la rénovation ou la réfection de votre toit.

Pour une rénovation d'étanchéité de toiture, utilisez notre service d'estimation sans engagement.

De nombreux problèmes peuvent survenir dans le temps et affecter l'étanchéité d'une toiture.

Il peut s'agir notamment d'une toiture poreuse, ou encore d'une étanchéité fissurée, ou d'une jonction toiture / mur qui n'est plus étanche.

Pour tous vos travaux de recherche de fuite, de réparation et de traitement d'étanchéité, vous pouvez trouver un artisan qualifié près de chez vous et faire baisser le tarif de votre projet de réfection et de rénovation, en vous rendant sur ce formulaire. Vous pourrez évaluer le coût de l'intervention et mettre plusieurs couvreurs en concurrence, sans aucun engagement.